Une décharge de Corona se produit lorsqu'un courant, continu ou non, se crée entre deux électrodes portées à un haut potentiel et séparées par un fluide neutre, en général l'air, par ionisation de ce fluide. Un plasma est alors crée et les charges électriques se propagent en passant des ions aux molécules de gaz neutres.

Lorsque le champ électrique en un point du fluide est suffisamment grand, le fluide s'ionise autour de ce point et devient conducteur. En particulier, si un objet chargé possède des pointes ou des coins, le champ électrique y sera plus important qu'ailleurs (c'est le pouvoir des pointes), c'est là en général, que se produira une décharge de corona : le phénomène tendra à se stabiliser de lui-même puisque la région ionisée devenant conductrice, la pointe aura apparemment tendance à disparaître. Les particules chargées se dissipent alors sous l'effet de la force électrique et se neutralisent au contact d'un objet de charge inverse. Les décharges de corona se produisent donc en général entre une électrode de rayon de courbure faible (un défaut du conducteur formant une pointe par exemple) tel que le champ électrique à ses environ soit suffisamment important pour permettre la formation d'un plasma, et une autre de rayon de courbure important (une plaque métallique ou la terre).

Une décharge de corona peut être positive ou négative selon la polarité de l'électrode de faible rayon de courbure. Si elle est positive, on parle de corona positif, sinon, de corona négatif. Du fait de la différence de masse entre les électrons (négatifs) et les ions (positifs), la physique de ces deux type de corona est radicalement différente. Par exemple, une décharge de corona produit de l'ozone quelle que soit sa polarité, mais un corona négatif en produit beaucoup plus qu'un corona positif.
Si la géométrie du conducteur et la valeur du champ sont tels que la région ionisée s'étende au lieu de se stabiliser, le courant peut finir par trouver un chemin jusqu’à l'électrode inverse, il se forme alors des étincelles ou un arc électrique.

Les décharges de corona, qu'elles soient positives ou négatives ont des mécanismes en commun : 1. Un atome ou une molécule neutre du fluide environnant l'électrode est ionisée par un évènement extérieur (par exemple par interaction avec un photon), un ion positif et un électron sont créés.
2. Ces deux particules étant de charge inverses, le champ électrique crée sur chacune d'elle une force électrique égale en norme mais de sens opposé et les sépare, empêchant leur recombinaison et leur apportant une énergie cinétique importante.
3. L'électron étant de masse beaucoup plus faible que l'ion, il est fortement accéléré, et entre en collision avec des atomes neutres, ce qui tend à créer de nouvelles paires électrons/ions positifs, qui suivront le même processus. On parle d'effet d'avalanche.
4. Des ions ainsi crées sont attirés par la seconde électrode et permettent ainsi l'établissement d'un courant. Le courant entraîné par une décharge de corona peut se déterminer en intégrant la densité de courant à la surface du conducteur. La puissance dissipée est le produit de ce courant et de la tension entre les deux électrodes.

Les décharges de corona ont de nombreuses applications commerciales et industrielles:
• Production d'ozone,
• Filtrage des particules contenues dans l'air (système d'air conditionné),
• Destruction de particules organiques contenues dans l'atmosphère : pesticide, solvant,
• Traitement de surface de certain polymères,
• Photocopieur,
• Laser à azote,
• Séparation électrostatique de matières conductrices et non-conductrices.